Ecrire le regard : Thierry-Loïc Boussard

accueil site
accueil textes

Peinture sur Papier

 

Depuis quelques temps déjà la peinture de Boussard commet la figure.

Com-mettre : mettre ensemble en accomplissant.

Mettre quoi?

La peinture et la figure : ça représente.

Le ça

La peinture, c'est-à-dire la pulsion, le désir, l'inavoué, le débridé, l'obscène; ce qui coule et déborde, ce qui imbibe: les traits, les traces, les stries, les épaisseurs, les miroitements, les éclaboussures, les glacis, les éclats, les nuances.

La figure.

Par exemple le paysage mais aussi son histoire, celle de la peinture, celle du paysage, ses conventions et leur subversion.

Mais encore la mémoire du peintre : mers de Bretagne, maquis des campagnes oubliées, grisailles moirées des souvenirs, silhouettes blafardes des bâtisses entrevues, géographies légendaires des golfes, des anses et des bocages, des étangs et des haies … reconnaissances et renaissances.

Ainsi s'allient dans nos regards le geste-feuillage, la touche-ciel, la tache-buisson, la trainée-mer, l'aplat-rocher, l'arbre-macule.

La peinture et la figure, la présence et la mémoire, la chose et son signe enfin réconciliés.

Christian Perrier Mars 2005