travaux d'été
technique mixte sur toile ou papier marouflé 50x70cm
11/08/2013
accueil

bleu-fossile chardinerie chateau d'argol fleurs du mal
bleu-fossile.jpg chardinerie.jpg chateau d'argol.jpg fleurs du mal.jpg
girgenti infante solitaire1 infante solitaire2 infante solitaire3
girgenti.jpg infante solitaire1.jpg infante solitaire2.jpg infante solitaire3.jpg
miroir retable1 retable2 retable3
miroir.jpg retable1.jpg retable2.jpg retable3.jpg
rien cette ecume stel 3 stele1 stele2
rien cette ecume.jpg stel 3.jpg stele1.jpg stele2.jpg

Ce jeudi 15 août dans la cour et dans l'atelier.

Encore s'agirait-il d'en scruter le profil entre forme suspecte et trait scabreux. Mais la surface frigide est emperlée ; quelques signes barbares lancés pour une destination ignorée, quelques striations frivoles suffisent. Simples incidents dans la nuit blanche du papier qui se froisse en désaccordant les teintes taiseuses d'un dallage tartreux. Résille, peut-être, arrangements moirés, sécrétions lactées quelquefois à l'improviste sous le fouet du pinceau avec tout ce grelottement des perspectives inabordables. A l'air libre tel revêtement colmaté s'accote au dartre d'une parcelle dont la pâleur interroge le trop-plein pigmentaire. Un motif éveillé aux douze coups de l'ébauche et un rien entrebâillé donnent à voir leur étendard diamanté. Nous déambulons d'ourlets en festons, de mamelons en gouffres. Vue coupée, souffle court. Faire halte au creux de l'ambre jaune. Prendre de la patine. Puis cela s'ouvre par un dégradé dans la banlieue d'un brun opium, au-dessus d'une cavalcade grisée, vertigineuse, derrière un carnaval à peine rosé, au beau milieu d'un sépia extravagant. C'est un rendez-vous avec ce qui taraude la satin de nos certitudes. C'est un face-à-face avec le goutte-à-goutte d'une encre magnétisante. C'est un tête-à-tête avec la peinture inapprivoisable pour le bonheur inquiet de ces portefaix de l'infime que nous serons jusqu'à la mort de la couleur.

Joel Frémiot